Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le CDI Rêv' en Page du collège de Gannat
  • : Le blog du CDI du collège Joseph Hennequin pour informer, faire découvrir les animations culturelles, le travail pédagogique réalisé par les enseignants et leurs élèves en collaboration avec le professeur documentaliste, Christophe Boutier.
  • Contact

Profil

  • Le cédéiste
  • Je suis le "VAMPIRE du CDI"! j'ai une tête en forme d'enclume avec un seul cheveu - frisé - dressé en l'air, des yeux globuleux, un nez poilu avec une verrue servant de perchoir aux mouches, des dents édentées...

ADOS : Le Livre !

 

Philippe Barbeau
et Christian Couty.

L’histoire :

Fin 1940, Paul franchit souvent la ligne de démarcation pour se rendre en classe.
Un jour, une femme lui demande de passer une lettre à la barbe des Allemands, lettre suivie d'autres à mesure que les mois passent. Il aide ensuite un prisonnier évadé à traverser le Cher au gué de Moque-Souris. Puis un résistant, le docteur Morel, le contacte. Paul devient ainsi passeur malgré lui et sauve autant de gens qu'il le peut, jusqu'au jour où il découvre une jeune fille dans une cabane perdue en pleine campagne...

 

Thèmes :

Seconde Guerre Mondiale / France : Cher / Résistance / Passeur / Ligne de démarcation.

En fin de volume, le lecteur trouvera un dossier pour connaître la chronologie de la 2ème Guerre Mondiale, la ligne de démarcation (carte) et les passeurs…

Commentaire :

Voici le premier tome d’une trilogie (le tome 2, Le résistant de Trotte-Menu, Vaincre à tous prix 1942-1944 vient de paraître en ce mois de mai 2011 ), une fiction documentaire écrite à quatre mains par Philippe Barbeau et Christian Couty, un auteur que l’on accueille avec le plus grand plaisir en Auvergne. Christian a regroupé la documentation, a trouvé les témoignages et les deux auteurs ont rédigé, ensemble, un synopsis. Ensuite, Philippe a écrit plusieurs versions (huit en tout) qu’il transmettait à chaque fois à Christian lequel donnait son avis, puis proposait des commentaires, des corrections…

Voici un récit inspiré d’événements bien réels que Philippe Barbeau et Christian Couty ont rapporté sous l’angle de la fiction (Paul, par  exemple, n’existe pas). Amis lecteurs vous trouverez une foule d’anecdotes très instructives :  sur l’existence du livre distribué en 1917 aux soldats américains en France, le « Soldiers’ French Course », la zone « nono », l'ausweiss...

« Le passeur de Moque-Souris » est un roman passionnant qui fait vibrer le « palpitant » – une histoire à la tension palpable - sur une drôle d’époque, une tranche de vie de sacrés bonshommes, les passeurs, qui parfois avaient à peine une quinzaine d’années, des hommes et des femmes qui risquaient leur vie à tout moment pour en sauver d’autres !

« Le passeur de Moque-Souris » est un roman dans lequel vous allez vous identifier aux personnages, vous allez vivre, vibrer et avoir peur avec eux ! OUI, c'est un roman A LIRE ! A tout âge. Un roman qui ne laissera personne indifférent !

Quelques passages émouvants…

« Les vrais héros n’ont pas de statue » (Florence Aubenas).

P. 16 :

« Quand vint son tour, Paul sentit son estomac se nouer. Il approcha de la table derrière laquelle un soldat allemand, au regard glacial, était assis. Il lui tendit son ausweiss, frissonna lorsque… »

P.28 :

« … il comprit le danger qu’il courait si l’Allemand découvrait la lettre dissimulée… »

P.44 :

« … c’est la guerre... c’est dur pour tout le monde. On a besoin de tous les bras à la ferme… Aussi, tu iras pas au lycée à la rentrée prochaine. »

P.80 :

« C’est bien ce que tu fais avec Marcel et le docteur Morel. Je suis fier de vous. » Félicien, le grand-père de Paul

... et encore cet extrait, terrible :

"La jeune fille se tenait plaquée contre le mur du fond, le visage d'une pâleur effrayante.
- Ne me dénoncez pas. Je vous en supplie ! Paul sourit, puis demanda sur un ton aussi rassurant que possible :
- Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous cherchez à passer la ligne de démarcation ?»

 

 

 -------------

 

DOCUMENTAIRE :

 

 

 Magnifique documentaire !
 
Ils ont exploré l'Amérique, du Saint-Laurent au Rio Grande, des côtes atlantiques aux Rocheuses, et bien au-delà.
Ils ont appris de leurs maîtres Hurons, Iroquois, Algonquins, Sioux, Pieds-noirs, Cheyennes et Comanches comment survivre dans la forêt infinie et comment traverser les eaux tumultueuses. Ces blancs, pour la plupart français, aussi appelés " coureurs des bois ", ont délaissé leur culture européenne pour adopter le mode de vie des peuples amérindiens. A leurs côtés, ils ont partagé les derniers moments d'une Amérique d'abondance et de liberté qui fait encore rêver.
Voici leur histoire...
---------------
 
Christian Grenier

  

 

L'histoire :

 

Des scientifiques ont mis au point un procédé permettant de quitter son propre corps pour rejoindre celui d'un ancêtre. Cristobal, 19 ans, est leur premier cobaye. Pendant quelques semaines, il se réincarne dans Nubek l'Egyptien, serviteur de Ptolémée III, l'un des derniers pharaons. Nubek est chasseur de livres. Il parcourt le monde pour rapporter à son maître les ouvrages de poètes et de savants qu'il y découvre. Dans la peau de Nubek, Cristobal doit convaincre le célèbre savant Eratosthène de quitter Athènes pour devenir le responsable de la bibliothèque d'Alexandrie et lui faire traverser la mer Méditerranée, infestée de pirates. De retour à la cour de Ptolémée, il est entraîné dans une course-poursuite sur le Nil au cours de laquelle il va tenter de déjouer un complot qui menace Eratosthène.



Thèmes :



Science fiction (SF) / Roman Historique / Egypte antique / Complot

  • Sciences /

  • Mesure de la circonférence de la terre /

  • Chasseurs de livres

  • Bibliothèque d'Alexandrie / Alexandrie : capitale scientifique et culturelle du monde occidental /

  • Culture : hommage à un siècle et à un souverain, Ptolémée III, soucieux de collecter tous les savoirs, la mémoire du monde

Christian Grenier a écrit ce roman historique parce qu'aujourd'hui "l'obscurantisme refait surface y compris dans les pays industrialisés." Un rappel, qui est pour l'auteur, indispensable et salutaire – "à l'heure où le support papier doit affronter la concurrence d'Internet et la diffusion par les moyens audio visuels du meilleur comme du pire."



Commentaires :



A lire, vraiment ! Indispensable pour prendre plaisir, se cultiver et retrouver -peut-être - des savoirs oubliés !

Le premier volume extrêmement documenté d'une nouvelle saga qui se déroulera à différentes époques : ce roman porte sur l'Egypte ancienne. "Un hommage à ceux qui ont porté (le pharaon Ptolémée III, Archimède, Eratosthène, Callimarque...) la connaissance au plus haut niveau."

 

Voilà quasiment une fiction documentaire culturelle qui ravira tous ceux qui aiment apprendre tout en se distrayant ! Mine de rien, à travers les différents événements, les personnages proposés... le lecteur est amené à se psoer des questions, à réfléchir sur la société actuelle et ses dérives.

 

La lecture est très agréable, elle est portée par le beau style de Christian Grenier. Un style claire qui permet de ne pas craindre les théories scientifiques magnifiquement exposées par l'auteur !

 

Les très nombreux dialogues donnent du rythme au récit, un récit servi par une mise en page aérée et réussie proposée par les éditions Bayard jeunesse.

 

En fin de volume, Christian Grenier apporte utilement des éclairages sur les personnages imaginaires ou réels, les proverbes évoqués, les calculs d'Eratosthène...



* Quelques extraits :

 

Page 212 :

« Dans les pays les plus riches, on privilégie le confort, la consommation, les plaisirs immédiats ; et, dans les plus pauvres, la survie reste la priorité. Etrange que ce soient dans les temps les plus reculés, que la soif de savoir semble la plus grande... Doucement ! Cette soif n'a concerné qu'une maigre partie de la population, non ? »

 

Page 272 :

« ...Faire triompher le droit et la justice. Lutter contre l'intolérance et l'obscurantisme. »



Recherche

Le mot du jour.....

"Un livre est un outil de liberté." 
Jean Guéhenno

 

 

Mai 2014 - 49 549 visiteurs !   

Archives

Le superbe CDI

Le beau COLLEGE Joseph Hennequin de GANNAT

IMG 6943

Le magnifique CDI
du collège Joseph Hennequin
- Gannat -
Chaleureux, accueillant,
spacieux, lumineux

Photo 016


Photo 014

  

  

Les écrivains pour la jeunesse

qui participent aux

"fêtes de la lecture, de l'écriture et de la littérature jeunesse"

au collège.

 

2013

   

 

Eric BOISSET

Mai 2013 145

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

Alain SURGET

Alain Surget 053

 

Arthur TENOR

 

 

2012

 

Jean-Luc MARCASTEL, Brigitte COPPIN

jean-luc-MARCASTEL-010.jpg 

     Brigitte-Coppin-013.jpg 

2011 :

 

Philippe BARBEAU, Christian COUTY 

et Béatrice NICODEME

 

juindécembre2010 224-copie-1

juindécembre2010 227-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

juindécembre2010 260

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2010 :

 

Alain GROUSSET

Christian GRENIER

 

Enfants 1 178-copie-1

1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:37

Un petit mot....

 

Pour vous dire que je ferme ce blog après quatre belles années  passées au CDI du collège Joseph Hennequin de Gannat.

 

Je reprends, volontairement, mon baluchon et mon bâton de pélerin pour de nouvelles aventures, cette fois au collège Jean de la Fontaine (un bien joli nom) de St Germain des Fossés, à 10 km de Vichy.

Je vous livre l'adresse du blog du cdi et du collège : http://colllafontaine.over-blog.com/

 

Je laisse le CDI entre de bonnes mains, celles de Mme Lydie BARRAUD, ma remplaçante, à laquelle je souhaite bon vent ...  

 

Longue et belle vie à tous ! Merci pour tout. Gannat, c'était bien !

 

Christophe Boutier

Published by Le cédéiste - dans VIE du collège
commenter cet article
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 10:54

Eric Boisset - L’étincelle d’or (Magnard)

L’histoire :

Lorsque Chadi Medawar arrive en France avec ses parents et son garde du corps, il se heurte d'emblée à l'hostilité de ses camarades de collège. Ce jeune Libanais surdoué aux cheveux teints en rouge et à l'étrange accoutrement dérange autant qu'il inquiète. Nul ne semble soupçonner l'ampleur de ses dons, sauf Erwan qui deviendra son ami. Chadi ne lui ouvrira pas seulement son coeur, mais aussi les grilles du château de This où il habite avec Lamita et Bachir. C'est dans les profondeurs du parc attenant à cette vaste demeure que Chadi découvrira une étrange serre abandonnée où les deux garçons accompliront ensemble le plus étonnant des prodiges...

 

Thème :

Fantastique / adolescent surdoué / Utopie / Humanisme / invention / transmission des connaissances / Secret

Commentaire :

Voici un roman d’Eric Boisset qui m’a beaucoup surpris ! Je trouve d’ailleurs très bien d’être dérouté par un auteur que l’on connaît. Eric Boisset m’a entraîné « ailleurs », dans un autre part bien différent de ce que je connaissais de lui. « L’étincelle d’or » est donc différent de ce qu’Eric Boisset nous a habitués à lire de lui. Si j’ai été  dérouté, je dois avouer que cela a aiguisé ma curiosité. Le registre d’écriture est  sombre, le conflit libanais, le problème des banlieues, la violence et à la drogue.... sont la toile de fond d’une histoire dans laquelle on suit avec intérêt deux grands ados, Chadi et Erwan, que tout oppose, et que tout va rapprocher. On retrouve aussi la patte de l’écrivain, sa marque de fabrique, l’humour avec notamment l’invention enfantine de l’arbre à bonbons, une invention qui va se transformer en projet incroyablement humaniste. Voilà donc un roman qui oscille entre gravité et légèreté. Et cela fonctionne, jusqu’au final étonnant et ... grave. Mais je mets les freins pour ne pas déflorer  davantage le suspense.

Si les thèmes chers à Eric Boisset sont toujours présents dans « L’étincelle d’or » telle que l’amitié, cette fois l’écrivain va plus loin et entraîne le lecteur dans bien des réflexions sur le monde qui l’entoure : le rapport à l’autre, à la différence,  à l’argent, au pouvoir, à la violence...

Quelques phrases retenues :

·         Les gens c’est comme le temps, . Un jour il fait beau, le lendemain ça se gâte. P. 12

·         Je ne me suis jamais senti aussi seul depuis que je fréquente ce collège de banlieue.... les autres me renvoient à ma différence et je n’en peux plus... J’ai envie de crier : « je suis un être humain ! » Ils n’aiment pas ma manière de m’habiller, de toujours tout comprendre avant eux. Ils portent sur moi des regards méprisants... P.37

·         Citation de Carlos Ruiz Zafon : « 

L’argent agit comme n’importe quel virus : après avoir pourri l’âme de celui qui l’héberge, il part à la recherche de sang frais. P.68

·         « ... J’aimerais transmettre mes connaissances... » P.124

·         Où est le mérite, pour ceux qui naissent dans un milieu favorisé, avec des parents attentifs à leur éducation ? P.159

·         « Il t’a adoubé en esprit comme faisaient les chevaliers au Moyen Age. » P. 261

 

Published by Le cédéiste - dans CONSEILS de lecture
commenter cet article
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 20:24

juin 2013 003

La soirée du collège dédiée à la vie quotidienne des maquisards - à partir du film réalisé par les comédiens du club théâtre  « Le temps du maquis »  - et au « devoir de mémoires » aura lieu :

 

Vendredi 14 juin 2013

20h00

Centre socio culturel de Gannat

 

 

Le programme de la soirée

        

Expositions : travaux des élèves de l’option « devoir de mémoire. »  (journal, tracts...).

Accessoires fabriqués pour la réalisation du film, « Le temps du maquis »...

 

·         « Le mot de... » Madame Nicole SALCEDO, Principale du collège Joseph Hennequin.

 ·         Le Devoir de Mémoires – par M. Sébastien BELLET, professeur d’Histoire et Géographie et les élèves de l’option « devoir de mémoire » (3ème)

« Radio Guy » : émission de radio créée par les élèves à l’occasion du concours de la Résistance...

 ·         Lectures : « Le chant du maquis » du Lieutenant Georges...

 ·         FILM : « Le temps du maquis » (1h10) - réalisé par le club Théâtre et Christophe BOUTIER, professeur documentaliste.

Présentation du film par Chloé Giraud (4ème) et Antoine Fumoux (4ème).

 ·         Chants : « Le chant des partisans »... par les comédiens et les élèves du Devoir de Mémoire (M. BELANGER, professeur d’Education musicale).

juin 2013 002

En photo, les jaquettes des DVD offerts aux comédiens du club théâtre. Elles ont été réalisées par Sébastien Fumoux. Bravo et merci à lui. 

Published by Le cédéiste - dans SPECTACLES du collège
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 20:50

Mai 2013 137Dans « Le grimoire d’Arkandias », Eric Boisset a inventé des personnages de toute pièce, tel le marchand de frites, mais il s’est aussi inspiré de son entourage pour en imaginer d’autres et des lieux qu’il connaît. Ainsi :

* Marie : la maman de Théophile est la maman de l’auteur (Marie est aussi une partie de son prénom composé) même si celle-ci ne fume pas (c’est plutôt le père d’Eric qui fume). A la lecture du roman, elle s’est rapidement reconnue et a de suite pensé que le livre ferait un... tabac. Comme tous les livres de son fils. Eric Boisset dit même que s’il mettait son propre nom sur la couverture de  l’annuaire du téléphone, sa maman trouverait « son » nouveau livre, original, formidable, bref... un futur best seller ! Vous avez dit « partiale » la maman ? « Marie » a demandé à son écrivain de fils que le grimoire lui soit dédicacé, ce fut fait.

Bonaventure existe. Il était le voisin de palier de la famille Boisset. Petit, Eric était attiré par ses voisins antillais chez lesquels tout était différent de chez lui, la cuisine, la façon de parler...

* Théophile, qui est aussi nul en mathématiques que son créateur, ressemble à... Eric Boisset, même s’il y a dans chacun de ses personnages une part de lui-même. La différence est qu’Eric adorait le skate et non pas le roller. 

Le Borgne, le gardien du jardin, était un militaire à la retraite qui n’avait réellement qu’un seul œil. Comme il n’avait pas d’œil de verre dans l’orbite vide, celui lui donnait un affreux regard de poule, cela terrorisait les enfants. Eric Boisset l’a percuté une fois avec son skate – Le Borgne était sorti brusquement d’un bosquet dans lequel il était caché pour stopper  les skateurs du parc - et Le Borgne est tombé à la renverse dans la mare qui se trouvait derrière lui. Seul son képi flottait  à la surface de l’eau. Croyant l’avoir tué, le petit Eric a fui pour ne remettre les pieds dans le jardin que six mois plus tard. Rassurez-vous, Le Borgne avait  récupéré.

* Arkandias, évidemment n’existe pas. Par contre, son nom... Eric Boisset a ouvert l’annuaire téléphonique (encore lui) pour placer au hasard son doigt sur une page et sur un nom propre. Le premier nom qui est sorti fut Roger Arkandias, plombier chauffagiste. Ce nom a plu à Eric, il l’a gardé. Roger Arkandias sait-il qu’il est célèbre ?

Le jardin Sainte-Clothilde existe, il ne porte pas le même nom, c’est un parc qui se trouve dans la ville de Valence, Eric Boisset y jouait beaucoup lorsqu’il était enfant.

 

"Le Grimoire d'Arkandias" fait peau neuve : les éditions Magnard sortent une nouvelle édition en grand format avec de nouvelles couvertures très réussies.

A la Une

Published by Le cédéiste - dans ECRIVAINS au CDI
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 22:43
Mai 2013 145L’écrivain Eric BOISSET a participé à la IVème édition de la fête de la Littérature jeunesse (2013) organisée dans notre collège : une formidable occasion pour les élèves de CM2 de Gannat, de Brout-Vernet et des quatre classes de 6ème de se familiariser avec l’écriture de romans mais aussi avec celle de scénario de film. Eric Boisset est en effet le co-scénariste de son roman éponyme, « Nicostratos » dans lequel a joué le grand Emir Kusturica.

Que dire ?

Comme d’habitude, c’est un an de travail qui s’est évanoui avec une rapidité folle au cours d’une journée qui s’est égrenée en un rien de temps. D’autant plus que... l’homme est bavard, nul doute qu’il aime donner. Sans compter ! Mais... il sait aussi écouter. Beaucoup. Et prendre son temps, pour répondre, goulument, à quiconque l'interpelle - respectueux qu'il est de chaque individu. Mai 2013 128Alors, même si les petits« artistes » n’ont pu présenter tous leurs travaux (C'est qu'en un an, on en a produit des travaux !), ils auront  été comblés par un auteur qui les aura écoutés avec attention, un écrivain qui leur aura répondu avec passion, en développant longuement ses réponses...

Oui, ce fut une belle journée, riche en discussions autour des livres, autour de  l’écriture, autour des écrivains, les « maîtres », ceux qui ont, en quelque sorte, changé la vie d'ado d'Eric Boisset le "coquin", les Marcel Pagnol, les Marcel Aymé....

Eric Boisset a fait l’unanimité, il a emporté son auditoire par sa gentillesse, sa générosité, son humanisme, et son... humour. Ah ! Il fallait voir les yeux des élèves briller à l’énumération de ses bêtises d'enfants (nombreuses. Très nombreuses), bêtises dont il a d’ailleurs tiré un recueil de nouvelles, « La botte secrète » qui se trouve naturellement au CDI.  

« Déjà » fut très un petit mot très souvent prononcés aujourd'hui dès que les sonneries qui rythment la vie de l’établissement retentissaient ! Oui, déjà fini ! Grrrrrrrrr !!! Il s’est passé quelque chose. Les élèves auront pris plaisir : ils liront, ce soir. Assurément. C’est obligé !

Mai 2013 127

Mai 2013 137

Vous pouvez emprunter les romans d’Eric Boisset, ils sont au CDI, ils vous attendent.

Published by Le cédéiste - dans ECRIVAINS au CDI
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 22:33

Mai 2013 138

Des rencontre mêlant des présentations variées de travaux divers et des questions à un vrai auteur, qui plus est, vivant, Eric Boisset. Les élèves ont, un an durant, travaillé à cette belle journée : lectures orales, écriture, saynètes théâtrales écrites par les élèves et dans lesquelles il a joué son propre rôle...

Mai 2013 131

Rien de plus beau pour un auteur que d'entendre les mots de so nroman  mis en scène et en musique par les élèves.

Mai 2013 135

Published by Le cédéiste - dans ECRIVAINS au CDI
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 22:25

 Mai 2013 125

La venue de l'écrivain et scénariste Eric Boisset dans le collège fut l’occasion de travailler la liaison CM2-6ème et d’inviter les écoles du Malcourlet (Gannat) et de Brout-Vernet à participer durant 1h30 à la rencontre. Nos amis des écoles et nos élèves de 6ème1 ont travaillé durant l’année sur les romans de notre auteur, ce fut l’occasion pour eux de lui offrir leur production, un grimoire.

Mai 2013 126

 

Published by Le cédéiste - dans ECRIVAINS au CDI
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 21:55

Mai 2013 130La IVème édition des « Gannat d’Or »  2013 (catégorie 6ème) a livré son verdict : c’est Nathan IMPERINETTI qui a brillamment remporté le concours littéraire de cette année avec un total de 44 points+ sur les 48 mis en jeu. Bravo à Nathan pour son talent et aux autres élèves qui ont concouru.

Nathan en vieux briscard a alors livré sa propre définition de ce qu’est un bon livre. Madame Nicole Salcedo, Principale du collège, lui a remis son prix, le dernier roman dédicacé d’Eric BOISSET, « L’étincelle d’Or », un prix offert par le FSE du collège représenté par sa Présidente, Mme Chardon. Flavie Védrine et Chloé Albrieux (6ème2) terminent respectivement seconde te troisième à un cheveu du lauréat.

  Mai 2013 132

Les élèves des quatre classes de 6ème du collège étaient également rassemblés en salle polyvalente, à 13h30, pour la proclamation des résultats des concours d’affiches A3 « slogans » sur « Le grimoire d’Arkandias », fameux roman d’Eric Boisset qui a tant plu à Jean-Marie Poiré. Il n’y a guère eu de suspense cette année, tant le vainqueur fut plébiscité par les 265 votants du collège. En effet, ce sont plus de 80 voix qui séparaient le premier de son second. Grande et belle vainqueur, l’équipe féminine composée de Clara MORET, Gaya, et Lou-Anne VALNAUD. Félicitations !! Ce sont Mmes Batifol, Principale adjointe, Abdoulahi, CPE, et Chardon, Présidente du FSE, qui ont remis les lots - "La botte secrète" d'Eric Boissset - aux demoiselles de 6ème3, une classe qui a d’ailleurs fait fort puisque les trois premières places du concours leur appartiennent.

 Mai 2013 139

 

Eric Boisset en compagnie des lauréats des différents concours organisés toute l'année au CDI.

Merci au FSE qui nous permet chaque année de récompenser les élèves. Et... BRAVO à TOUS !!!Mai 2013 141

Published by Le cédéiste - dans CONCOURS CDI
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 21:25

13h30 - L’écrivain Eric BOISSET en plein travail de dédicaces : la rançon du succés, les élèves se bousculent ! Et il fait face, sans jamais faiblir. Le stylo non plus.

Mai-2013-143.jpgMai-2013-144.jpgMai-2013-142.jpg

Published by Le cédéiste - dans ECRIVAINS au CDI
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 11:16

resistance 001-copie-1Les résultats du Concours de la Résistance 2013 (« Communiquer pour résister ») sont tombés ! Et... nos élèves de 3ème ont été  primés. Nous avions répartis, au CDI, les 16 élèves de l’option « Devoir de mémoires » menée par M. Bellet, professeur d’histoire, en quatre ateliers.

Deux groupes sont donc sur le podium, il s‘agit de :

-          l’équipe qui a fabriqué un journal clandestin à partir des informations transmises par Sheila Germain, guide au musée Machelon de Gannat. 2ème départemental.

-          et de celle qui a crée les tracts. 3ème départemental.

BRAVO à nos jeunes ! Mais aussi aux élèves de Varennes/Allier, grands vainqueurs, et à notre collègue, Henri Diot.

Les élèves ont remporté de nombreux ouvrages sur l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale qui leur ont été remis lors d'une cérémonie officielle à Moulins, ainsi qu'un voyage culturel à Lyon.

Les travaux des élèves (la radio crée pour le concours, le journal, les tacts....) seront visibles et présentés au public, vendredi 14 juin 2013, au centre socio culturel de Gannat,  lors de la soirée organisée par le collège qui débutera à 20h00.  Cette soirée aura pour thème, la vie quotidienne dans les maquis entre 1940 et 1945. Et à cette occasion, le film réalisé par le club théâtre sera projeté.

resistance 002

Published by Le cédéiste - dans DEVOIR de MEMOIRE
commenter cet article

FILMS, LIVRES... COUPS de COEUR

CINEMA

 

Le collège Hennequin fait son cinéma !

film-006.jpgL’équipe pédagogique du collège Joseph Hennequin mène, cette année, un important projet « Devoir de mémoire » initié par M.Sébastien Bellet, professeur d'histoire-géographie.

C’est dans ce cadre que s’inscrit, entre autre, « Le temps du maquis », un film dont le scénario a été écrit par Christophe Boutier, professeur documentaliste, pour les trente comédiens qui composent le club théâtre qu’il anime dans l’établissement. Ce film d’ « artisans » - qui se veut de qualité – présentera au public, vendredi 14 juin, au centre socio culturel de Gannat puis à Broût-Vernet, le 29 juin, la dure réalité de la vie quotidienne et clandestine, au milieu de la forêt, d’hommes et de femmes courageux – les maquisards - qui devinrent Résistants, et recoururent, au péril de leur vie, à la guérilla pour s’attaquer à la milice du Maréchal Pétain et aux troupes d’occupation. Au départ, si l’initiative est apparue comme totalement « folle », elle est rapidement devenue fédératrice puis vecteur d’enthousiasme et d’apprentissages.

film-005.jpgAidés par leur enseignant, les comédiens gèrent le projet et donnent vie au mot couchés sur le tapuscrit. Ainsi, Chloé Giraud et Antoine Fumoux, lequel a créé pour l’occasion une « grue », filment, réalisent et procèdent au montage des scènes tournées par des comédiens confrontés à la réalité du cinéma, celle de la longue attente avant de tourner, celle de jouer devant une caméra, celle de refaire plusieurs fois une même prise pour ne conserver que la plus juste... Des notions propres à la technique cinématographique telles que le travelling, la plongée, la contre plongée, le plan américain... ont été abordées.

 

Quant aux personnels du collège, aux familles enthousiastes, ils ont été mis à contribution afinfilm-003.jpg d’aider à l’« habillage » du film. Il a fallu trouver l’Ideal Neumann, cette machine à écrire allemande de marque ou encore le fameux poste TSF afin de pouvoir écouter la BBC. Pas simple, non plus, de mettre la main sur des vêtements rappelant l’année 1943, de fabriquer des conteneurs identiques à ceux parachutés par la Royal Air Force, de donner naissance à une quinzaine de mitraillettes anglaises Sten, ou de créer un poste d’émetteur radio... !

A ce jour, six heures de tournage ont déjà été réalisées, dix autres sont prévues, pour une expérience passionnante qui, n’en doutons pas, restera gravée dans la  mémoire des acteurs. 

Tournage – 2ème jour :

la presse clandestine

film 004-copie-1Cette fois, le tournage du film, "Le temps du maquis" a eu lieu en intérieur, et plus exactement dans l’atelier du collège.

Un grand merci au maître des lieux, M. Patrick Coine pour son aide  précieuse et sa disponibilité.

 

Nous avons eu besoin de deux heures pour tout organiser :

* Une première heure fut nécessaire aux comédiens pour se costumer et aménager l’atelier en une sape dédié à la presse clandestine.

* Une seconde heure, pour le tournage.... où seulement 10 minutes de film ont été conservées. Une réalité qui a beaucoup surpris les acteurs.

 

Dans cette scène de tournage, nous collons pafaitement au sujet 2013 proposé par les organisateurs du concours de la Résistance (3ème), à savoir : « Communiquer pour résister »…

 

La scène ainsi tournée ce vendredi par quatre comédiens mettait en relation :

-         un opérateur radio,

-         un journaliste qui écoute les messages de Londres à la TSF, écrit des tracts appelant la population à se soulever et rédige un journal clandestin, Le M.U.R. (Mouvement Uni de la Résistance) de Gannat

-      un agent de liaison, qui passe les messages secrets aux autres membres de la Résistance.

-      un Résistant, « Sanglier », chargé de nourrir le groupe par le fruit de sa chasse. film 005-copie-1

 

En photo, les accessoires utiles au tournage : la machine à écrire, le poste TSF, le poste émetteur radio, les journaux clandestins, les tracts…

 

Tournage  –  4ème jour :

 

film 001-copie-1Le 3ème jour de tournage a eu lieu, hier, pour les scènes mettant en relation la factrice des PTT avec un maquisard puis la remise de messages clandestins entre résistants dans la ville.

Aujourd’hui, 4ème jour de tournage ( 12ème heure), nous étions de retour dans la belle forêt de Mazerier, à quatre km de Gannat. Le temps s’est maintenu, nous avons donc eu de la chance bien que... la pluie aurait aidé les comédiens à montrer les terribles conditions de vie des maquisards. Mais, nous plaignons pas, pour tourner c’était l’idéal.

Dur, dur physiquement ! film 006-copie-1

Le rythme fut une nouvelle fois très soutenu. Les scènes à réaliser étaient importantes, nombreuses et les dialogues relativement denses.

Certains se sont rendus compte que le cinéma implique, aussi, de maîtriser parfaitement son texte sous peine de devoir couper (souvent) les scènes, de les rejouer, de perdre beaucoup de temps et de faire monter dans les tours réalisateur et cameraman. Mais.... CHUT ! Nous tairons le nom des « résistants » à l’apprentissage du texte !! Et de ceux qui ont oublié leurs accessoires, n’est-ce pas M. (pour Monsieur ou....)... C’est pas faute d’avoir prévenu. Chut, nous nous tairons, encore ! Grrrrrrr !!

Une nouvelle fois, belle après-midi. Tout s'est parfaitement déroulé : l'avion pour le tournage de la scène du parachutage était bien à l'heure ! Euh ! En fait, cette avion n'était pas prévu, mais il est arrivé comme il fallait, où il fallait, au moment où nous tournions la scène des conteneurs emplis de nourriture, d'armes, de vêtements, de médiacaments...

film 007

Désormais, sont dans la « boîte », prêtes au montage, les scènes où l’on voit les maquisards organiser leur vie dans leur campement, leur entraînement, et la récupération des parachutages, et ..... puis... vous n’aurez qu’à venir voir le film le vendredi 14 juin, au centre socio culturel de Gannat ! Na !

Nos cameraman : Sa majesté, Antoine Ier (et son ombrelle), notre cameraman, qui vous salue et Chloé dans ses oeuvres, appareil en main, devant le fétou de soupe chaude autour duquel se sont rassemblés trois maquisards...

 

Chloé filme la "tambouille" qui prépare un bouillon sous l'oeil attentif des maquisards affamés.

film 003-copie-1

 

 

film 022C’est sous un soleil de plomb – 28° - que nous avons effectué le dernier jour de tournage, toujours à Mazerier.

A la caméra, vissée (voire greffée) à la main, toujours Antoine, cette fois seul, Chloé l’avait abandonné pour faire l’actrice.

Comme il y avait moins de pages de texte à tourner, nous avons davantage pu prendre notre temps (il faut du temps pour faire un film) : c’était vraiment appréciable. Je retiendrai cette fois encore la bonne ambiance qui régnait, les sourires, l’enthousiasme, le PLAISIR de partager ensemble des moments forts, ceux de faire un film.film 016-copie-1

Le programme consistait cette fois à tourner les scènes liées au ravitaillement du camp des maquisards, à la préparation de repas modestes et frugales qui parfois pouvaient peser sur le moral des troupes.

Aussi courageux que furent ces Hommes, ils n’en demeuraient pas moins des êtres humains. Avec leurs forces et leurs faiblesses psychologiques que nous filmons. Ainsi, notre film, Le temps du maquis" tente de montrer la dure vie quotidienne des maquisards dans les bois, das les montagnes, mauqisards qui ont fait le choix de fuir le régime de Vichy, le STO, et l'Occupant venu d'Allemagne.

Nous nous sommes également attachés à montrer, grâce à la caméra et au jeu des acteurs, que la vie continuait malgré tout (bals clandestins, mariage, jeux d'enfants...) et que rien n'aurait été possible pour les Résistants sans l'aide des villageois et des fermes. film 014-copie-1

 

Scène de vie : le feu de camp (sans faire de fumée pour ne pas attirer l’attention) sous la marmite pour cuire quelques patates. Le bois, pour se chauffer. Hugo, debout, porte les vêtements d'époque de son grand père.   film 020Le guetteur : ici, « La Chouette." avec son casque de la guerre de 14-18. Tous avaient des noms d'emprunts, des sobriquets, des surnoms... pour ne pas être reconnus.

 

Je voudrais, un nouvelle fois remercier les parents pour leur aide et notamment Mmes Barthélémy et Brunet, M. Lescure, pour leur aide, leur générosité, leur humour et leur gentillesse ! Et aussi Mme Fonseca-Fumoux pour... tout !

 

--------------------------------

* COUP de COEUR pour :


 

Le destin de deux familles de 1825 à 1890, l'une de race blanche et l'autre d'indiens d'Amérique, au temps de la grande conquête de l'ouest et de la ruée vers l'or.

Commentaire

Magnifiquemini-série qui mélange personnages historiques et fictifs dans une grande épopée, allant de 1825 à 1890, émaillée elle aussi de grands événements charnières pour les Etats-Unis d'Amérique modernes.
Attention ! Ce film est en VO ( sous titré)

 

--------------------------------
ROMANS:

Une superbe Série...
"Louis le Galoup" (5 tomes) -
Jean-Luc Marcastel

   

A la relecture de "Louis le galoup », tome 1, j’aspire à nouveau à évoquer le grand plaisir de lecture qui fut le mien.

D’abord, cette histoire – un roman iniatique de fantasy dans la grande tradition des contes d’autrefois -  est portée par une langue particulière, un style savoureux, riche, haut en couleur, proche de l’oralité. Jean-Luc Marcastel qui « écrit plus avec ses tripes qu’avec sa tête », sait faire chanter les mots : que de belles expressions ! Que de mots poésie !

Jean-Luc est un conteur, un colporteur - comme Thierry, l’un des personnages – un colporteur d’histoires, un colporteur de légendes qu’il aime à brasser, à réunir pour les faire vivre à nouveau, différemment, en apportant sa propre touche.

A travers « Louis le galoup », Jean-Luc Marcastel – inspiré par le grand Claude Seignolles (en photo) - livre aux lecteurs, une fantasy à la française issue de notre propre folklore, de notre terroir comme l’a fait avant lui Tolkien avec les légendes du Nord.  Pourquoi aller chercher ailleurs ce que nous possédons déjà chez nous ? L’Occitanie, le Sud Ouest… possèdent un vivier de récits, de contes  fantastiques inexploités, une géographie vertigineuse et belle à souhait, à travers les montagnes du Cantal, la vallée de la Jordanne et Mandailles (en photo)…

Je ne peux donc que vous conseiller vivement – petits et grands - la lecture de Jean-Luc Marcastel qui saura vous faire voyager dans une histoire qui se prête merveilleusement bien à l’oralité !

 

 

 

----------------------------------

"Mary Tempête,

le destin d'une femme pirate"

Alain Surget

L’histoire :

A la mort de son demi-frère, Willy, Mary est contrainte par sa mère de prendre la place de celui-ci afin de toucher la maigre pension qui leur permet de survivre. Cette situation l'oblige à renoncer à son enfance, à sa féminité future ; elle doit apprendre à se défendre et à se comporter en toutes circonstances comme un garçon. Des batailles de gamins de rues à son enrôlement dans l'armée puis dans la piraterie, Mary, devenue Willy, va devoir lutter sans cesse et parfois même contre elle-même.

Thèmes :

Roman historique / Biographie romancée de Mary Read / Aventure maritime / Piraterie / Femme pirate / Aventure

 Commentaire :

Voici un roman bien écrit, captivant, un roman historique – plus vrai que nature – un roman d’aventure de grande qualité qui aborde le destin incroyable et bien réel de Mary Read, célèbre et cruelle pirate du XVIIIème siècle.

Le lecteur est Mary Read  ! Il est plongé par Alain Surget dans la personnalité de cette femme complexe (devenue un homme par obligation), une femme à la féminité étouffée, une femme tiraillée entre deux identités pour exister dans une époque exclusivement masculine. Le lecteur est embarqué alors un tourbillon d’aventures, d’amours, de craintes,  de drames… qui rendent ce beau roman réaliste : Ah, les batailles ! Ce même lecteur, enveloppé par tant d’émotion, peut-être également plongé dans une certaine tristesse, rassurez-vous, passagère, tant la surprenante et terrible vie de Mary Read - « tempête » - n’aura jamais été un long fleuve tranquille !

Alain Surget a réalisé un gros travail de documentation pour écrire ce roman ! Une appréciable rigueur que l’on retrouve, par exemple dans le vocabulaire maritime (expliqué en fin d’ouvrage) qui permet de plonger le lecteur dans la vie à bord.

Une lecture que je conseille donc – peut-être aux amoureux du genre ? – aux bons lecteurs tant ce roman puissant est vecteur d’émotions fortes !

--------------------------

 

Si par hasard c'était l'amour-

Stéphane DANIEL

 

Alors que Gaspard s'apprête à passer des vacances de rêve à la mer, la voiture familiale tombe en panne en pleine campagne bourguignonne. L'occasion de découvrir bien malgré lui Fonlindrey, son garagiste louche, son hôtel miteux, sa place principale déserte et l'incontournable bar des Amis où se retrouvent les jeunes du coin. Contre toute attente, Gaspard sympathise avec eux et, de soirée en sortie, tombe fou amoureux de la plus séduisante des filles...

Thème :

Un banal coup de foudre se transforme en un périple incroyable.

Journal intime d’un adolescent contemporain qui cache sa timidité sous un voile de dérision et d’humour.

Sentiments / Humour / Ados de 15-16 ans / l'amour à l'adolescence / les vacances en famille / l'amitié pendant les vacances.

Commentaires :

A ne rater sous aucun prétexte sans limite d'âge !Un récit truculent, une bouffée d’air frais ! Un roman au ton ironique (absolument pas réservé aux filles) pas mièvre du tout dans lequel on ne cesse de rire.  Ce roman a paru dans une première version (Gaspard in love) en 2006.

----------------------

A l’école des pages

du Roy-Soleil, tome 1-

Arthur Ténor

L’histoire :

En juillet 1686, Jean de Courçon a quitté depuis quelques mois sa campagne auvergnate pour entrer à l’école des pages de Louis XIV. Après une intégration un peu mouvementée, il a trouvé dans sa nouvelle vie quelques motifs de satisfaction, dont une complicité très forte avec Prunelle, l’une des « mains vertes » du château de Versailles. Mais d’étranges phénomènes se produisent dans les fontaines des jardins. Alors que le Roi s’y promène comme chaque jour, les jets d’eau changent brusquement de couleur. Un autre jour, ils refusent carrément de fonctionner ! Plus tard, c'est la clé lyre ouvrant les vannes qui devient mystérieusement introuvable… Qui cherche à nuire au plus beau joyau du pouvoir royal ? Avec Prunelle, la jolie jardinière, Jean décide de mener une enquête, rendue très délicate par sa charge de page de la Chambre du Roi. Celle-ci l’amènera, de jour et plus souvent de nuit, à déjouer quelques mauvais tours, à explorer les souterrains de Versailles, mais aussi à recevoir de méchants coups. Il en viendra même à risquer sa vie, car le saboteur est d’une détermination sans borne.

Thèmes :

Roman historique / Louis XIV / Jardins et château de Versailles / Aventure / Enquêtes / Intrigues et complots. Et… amour !

Commentaire :

Voici le 1er tome très documenté d’une nouvelle série d’Arthur Ténor.

Qu’en dire ?

-       Qu’il s’agit là d’un sympathique et nouveau roman historique d’Arthur Ténor et d’une lecture plaisante. Une lecture qui donnera envie aux lecteurs de se rendre sur le site du château pour retrouver les lieux décrits par Arthur.

-       Qu’il s’agit d’un récit à l’intrigue enlevée au suspense efficace, un récit qui plaira aux filles et aux garçons, une histoire rythmée dans laquelle l’humour et les bons mots ne sont pas absents. Bref, un agréable moment de lecture.

AGENDA : à ne pas manquer !


AGENDA du collège :

  Jeudi 8 décembre : Repas de Noël